Débat sur l’orientation budgétaire. Intervention de Patrick Cases « Une autre politique est possible » / AP du 15 avril 2016

Débat sur l’orientation budgétaire. Intervention de Patrick Cases « Une autre politique est possible » / AP du 15 avril 2016

Hier soir j’étais en conseil municipal et je débattais sur le budget de la commune, bien sûr quinze jours avant nous avions eu des échanges sur le débat d’orientation budgétaire de mon village et là j’ai toujours l’impression de vivre toujours la même pièce avec des répliques identiques avec des positionnements presque identiques et surtout un constat récurrent le désengagement de l’état dans le financement des collectivités territoriales. Non content d’avoir éloigné la démocratie des citoyens nous devons nous aussi participer à l’effort économique pour que l’ensemble de notre pays puisse rentrer dans le cadre des fameux 3,5%, mortifère pour la partie la plus fragile de nos populations.

Une différence entre la commune et la région c’est que les communes peuvent agir sur leur impôt mais avec un taux de chômage de 17 %, la marge de manœuvre est très étroite et avec 47% de la population payant l’impôt sur le revenu l’étau se resserre encore plus.

Alors je débats je défends qu’une autre politique est possible, que de l’argent il existe, qu’il s’enfuit en cachette dans des valises électroniques pour gonfler les bourses des paradis fiscaux, ou pour remplir les caisses des actionnaires. Nous nous sommes entrain de calculer au plus juste de rogner ici un entretien approximatif d’un lycée, là des agents territoriaux ne comptant pas leur temps pour faire vivre un musée, un peu plus loin dans nos hauts cantons de notre grande région des paysans qui se grattent la tête pour faire vivre leurs territoires.

Oui il n’est pas simple d’être un élu municipal d’opposition et un élu de la majorité régionale surtout en période budgétaire chacun se renvoyant la paternité du désengagement de l’état.

Mais notre principale problématique c’est que nous subissons de plein fouet une crise économique ou la principale cause est que le mot rentabilité a effacé les mots besoins aux populations. Dans cette tourmente économique nous avons choisi nous Nouveau monde en Commun de faire bouger les lignes de nous battre pour réfléchir et participer à la construction d’une nouvelle réflexion économique . Même dans ce contexte difficile certaines orientation économiques peuvent être effectués . Un exemple « simple » (j’ai mis simple entre guillemets) pour me rendre à la région j’alterne dans la mesure du possible le train ou la voiture mais comme je viens de Perpignan il y a 18000 camions qui me poursuivent, là il y a peut être une idée à faire grandir. En un les faire monter dans les trains ; en deux faire payer les grands groupes de transport pour ceux qui ne veulent pas monter. Nous nous voulons croire que d’autres options économiques peuvent être débattues pouvant éclaircir l’avenir de notre jeunesse et offrir un futur durable et social aux populations. Nous nous y engageons !!

Patrick Cases

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *