TP Ferro : une faillite qui en annonce d’autres ?

TP Ferro : une faillite qui en annonce d’autres ?

La société TP Ferro, concessionnaire de la Ligne à Grande Vitesse entre Perpignan et Figueras, a annoncé ce jeudi sa mise en liquidation judiciaire. Cette annonce n’est pas une surprise, tant la situation de cette société contrôlée par Eiffage et le groupe de BTP espagnol ACS était dramatique, avec une dette de 557 millions d’euros.

Comment en est-on arrivé là ? Par l’aveuglement de la grande vitesse à tout prix, et le choix désastreux d’un partenariat-public-privé (PPP).

Le phasage du projet a été catastrophique : 10 ans de travaux n’ont permis la réalisation que de 40 kms de lignes. Perpignan-Figueras devait être le maillon trans-frontalier d’une LGV reliant Paris à Barcelone via le tunnel du Perthus. Mais alors que la concession date de 2003 et que les travaux furent terminés en 2009 côté français, il fallu attendre décembre 2013 pour que la partie espagnole soit raccordée au réseau grande vitesse ibérique. Pendant cette période, ni trafic, ni recette. Mais même lorsque le trafic a pu être mis en place il fut bien en deçà des prévisions, qui avaient été volontairement gonflées pour vendre ce projet. Pour qu’il soit pris en charge par un PPP ! CQFD.

Cet échec est donc celui du Partenariat Public Privé. Notre groupe rappelle son opposition à tout recours au PPP notamment pour la construction ou la rénovation de lignes ferroviaires. Le PPP est un jeu de dupes pour les collectivités territoriales ou les Etats qui doivent à chaque fois compenser un trafic sous-évalué et des coûts d’exploitation en augmentation pendant que l’entreprise privée empoche les bénéfices….ou laisse les Etats assumer une dette faramineuse en cas d’échec.

Et ce n’est pas fini : le PPP de la gare de la Mogère à Montpellier sera-t-il le prochain à mener à une telle faillite ? On peut le craindre, compte tenu de l’absurdité de cette gare si mal placée que les opérateurs ferroviaires risquent de ne pas l’utiliser. Ce qui pourrait conduire à une nouvelle faillite, ruineuse pour les partenaires publics.

Communiqué de presse des élu-es régionaux Nouveau Monde en Commun

 

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *