« Pour une prise en compte plus adaptée de la production fermière dans les guides des bonnes pratiques d’élevage de volailles »/AP du 24 juin 2016

« Pour une prise en compte plus adaptée de la production fermière dans les guides des bonnes pratiques d’élevage de volailles »/AP du 24 juin 2016

Question orale du Groupe Nouveau Monde en Commun présentée par Judith Carmona

« Pour une prise en compte plus adaptée de la production fermière dans les guides des bonnes pratiques d’élevage de volailles et palmipèdes gras et la mise en place de procédures concernant les visites de fermes »

Madame la Présidente,

Ma question concerne l’influenza aviaire et les productions fermières.

Les éleveurs de palmipèdes gras et de volailles, poules pondeuses, poulets ont vécu une période difficile avec l’épisode de l’influenza aviaire. La période de vide sanitaire est terminée et les animaux reviennent dans les fermes. Des journées de formations obligatoires ont été organisées dans certains départements de notre Région. Peu à peu les éleveurs découvrent l’arrêté bio sécurité et les fiches rédigées sur les préconisations quant aux futurs modes d’élevage.

Nous sommes allés à la rencontre d’éleveurs de volailles et les sujets abordés avec ces derniers montrent leurs inquiétudes face aux difficultés rencontrées dans la mise en œuvre de ces préconisations.
Ainsi apparaissent des impossibilités matérielles et fonctionnelles de mise en œuvre des aménagements (distances entre les unités, chemins d’accès…). Des difficultés quant aux sens de circulation des tracteurs qu’il faut par ailleurs désinfecter d’une unité de production à l’autre. Il y a de vraies difficultés pour certains à continuer à avoir des poules pondeuses, des poulets et des canards sur le même site.

Des éleveuses se sentent dépossédées de leur projet initial d’accueil pédagogique car accueillir du public devient impossible. Le risque est un arrêt de l’activité d’élevage pour plusieurs éleveurs. Comment imaginer qu’un éleveur ou une éleveuse désinfecte son tracteur 10 fois par jour pour passer d’un lot à l’autre !!

Madame la Présidente, il ne s’agit pas de ne pas mettre en œuvre des mesures face à l’influenza aviaire. Mais il s’agit ici de demander à ce que la production fermière soit mieux prise en compte et mette en place des mesures proportionnées au risque. Le Ministre a promis qu’aucun éleveur ne serait laissé pour compte, mais à ce jour, nous attendons toujours la transcription officielle des possibilités d’assouplissements pour les petits producteurs en autarcie.

Notre collectivité a mis en place un dispositif auquel nous avons souscrit. Vous aviez indiqué que l’intervention de la Région devait bénéficier aux petits éleveurs, aux élevages de petites basses-cours. Car c’est une activité importante pour notre région qui se retrouve au cœur de nombreux axes de nos interventions : sur le plan économique et de la création d’emplois de proximité, sur le plan de la qualité alimentaire, de l’activité touristique et du maintien des marchés locaux. L’enjeu est donc majeur pour nos territoires.

Ainsi, Madame la présidente :

– pourriez-vous intervenir auprès de Monsieur le Ministre de l’Agriculture afin que les services du Ministère prennent en compte de manière plus adaptée la production fermière dans le travail en cours concernant les guides des bonnes pratiques d’élevage de volailles et palmipèdes gras et autorisent la mise en place de procédures concernant les visites de fermes ?

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *