Guilhem Serieys

Guilhem Serieys (PG) est membre des Commissions Agriculture, Agroalimentaire et Viticulture ; Transition écologique et énergétique, Biodiversité, Economie circulaire, déchets ; Enseignement supérieur, Recherche et Innovation.

 

Guilhem s’engage dans l’action collective au lycée notamment contre l’extrême-droite et le racisme quand la droite passe des accords avec le Front National dans les conseils régionaux en 1998.

A l’université, il milite à l’Unef de Toulouse et participe à de nombreuses actions de mobilisation, de défense des droits des étudiants et de solidarité. Son souvenir le plus marquant de cette période reste l’explosion de l’usine AZF. Alors que des milliers d’étudiants devaient quitter des cités-u dont les fenêtres avaient été soufflées et que les pouvoirs publics étaient dépassés par la situation, ce fut l’Unef et l’implication collective et militante des étudiants qui organisa dans l’urgence des tables pour recenser les besoins et les propositions d’hébergement et assurer le relogement d’un maximum d’étudiants.

Engagé jeune dans « la gauche socialiste », le courant de « gauche » du PS, il se trouve en situation de désaccord avec le Parti Socialiste concernant le référendum sur le Traité Constitutionnel Européen. Il fait alors le choix de la fidélité à ses convictions et mène une campagne publique pour le Non de gauche au TCE. Cette période de grande implication citoyenne est encore une source d’inspiration. Associée à une victoire électorale du Non, elle fonde les prémices d’une nouvelle force politique en préparation. En 2008, Guilhem fait le choix de quitter le PS pour participer à la co-fondation du Parti de Gauche avec Jean-Luc Mélenchon dont il sera Directeur de campagne aux élections européennes de 2009.

Elu au Conseil municipal de Rodez en 2008, sa ville de résidence, il finira son mandat en 2014 en désaccord avec les restrictions budgétaires imposées par le Maire PS sur les services publics locaux. Guilhem choisit de participer à constituer une liste « A Rodez, l’Humain d’abord », magnifique expérience collective et citoyenne se concluant par un résultat de 6%. Score honorable dans une ville de tradition assez réactionnaire, d’autant plus que le PCF local avait fait le choix d’une alliance de premier tour avec le PS.

En 2016, Guilhem est choisi comme « chef de file régional » du Parti de Gauche pour les élections régionales. Malgré les nombreuses réticences à EELV ou au PCF, le Parti de Gauche choisit de tout faire jusqu’au bout pour parvenir à une liste de rassemblement citoyen et politique la plus rassembleuse possible, indépendante des partis du gouvernement et s’appuyant au maximum sur de nouvelles pratiques démocratiques. Tête de liste dans l’Aveyron où la liste recueillera plus de 10%, il est élu dans cette nouvelle Assemblée.