Le Schéma Régional de Développement Économique d’Innovation et d’Internationalisation se penche sur l’agriculture en LRMP

Le Schéma Régional de Développement Économique d’Innovation et d’Internationalisation se penche sur l’agriculture en LRMP

Judith Carmona, élue régionale présidente de la commission agriculture, et agricultrice, participe aux ateliers du Schéma Régional de Développement Économique d’Innovation et d’Internationalisation (SRDE2I), incluant le volet agricole. 

Judith Carmona, de quoi se compose l’atelier agriculture ?

Sur l’agriculture il y a eu plusieurs ateliers : nous avons traité de l’installation, de la formation, du foncier agricole, de l’irrigation, de l’innovation et de l’élevage, des industries agro-alimentaires.

Quels sont les publics présents lors de ces ateliers ? 

On y retrouve la Chambre d’Agriculture, les conseils départementaux, la MSA, des structures associatives comme les institutionnels. Il y a aussi les centres de recherche, comme l’Inra, également Terres de lien, ou encore des animateurs de Pays qui sont sur des structures transversales.  C’est un public très large et mélangé, et il me semble très représentatif du territoire Languedoc Roussillon Midi-Pyrénées. Nous sommes la deuxième région agricole de France, avec 18 000 fermes. L’agriculture est le premier secteur économique de la région. En Midi-Pyrénées nous sommes tournés vers le secteur céréalier, et l’élevage, tandis qu’en Languedoc-Roussillon  nous sommes plus viticoles et diversifiés.

Ce schéma s’inscrit dans la suite des schémas précédents. Il s’agit d’harmoniser la politique régionale  ?

Ce qui est surtout important c’est que les agriculteurs s’expriment sur les priorités à mettre en oeuvre:  non seulement sur le fond mais également sur la forme. La priorité c’est l’agriculteur, c’est lui qui est au centre des débats. Il faut faire en sorte qu’il soit au coeur de l’innovation, de la recherche, de l’expérimentation. Mais pour que toutes ces informations lui arrivent, il faut trouver de nouvelles façons de faire. Les débats ont été dans ce sens très constructifs et intéressants.  Le corps de ces réunions c’est l’expression du public.

Quel type d’harmonisation recherche-t-on ?

Ce peut être par exemple, sur l’installation des agriculteurs : entre Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon les programmes diffèrent. Il faut se mettre d’accord pour réaliser un seul module d’accompagnement des agriculteurs. L’harmonisation ne se fait pas au niveau de la production, qui est propre à chaque territoire, mais sur la manière d’accompagner les agriculteurs. Quand on dit que la priorité c’est l’installation et la transmission, que l’on soit un céréalier ou un producteur de légumes, ou viticulteur, les enjeux se valent. L’idée c’est de leur faire dire par rapport au sytème qu’ils connaissent, où sont les manques et où sont les priorités, quelles perspectives d’action ils imaginent ? Difficile par exemple aujourd’hui de mettre en place une formation dans une ferme. C’est compliqué. Ces ateliers servent à faire émerger ces paroles-là. L’installation des agriculteurs concerne tout le monde : cela aura des répercussions sur les forêts, sur l’alimentation, … Il ne faut pas isoler l’agriculture. Il a été dit quelque chose d’essentiel : Il faut faire de la compétitivité avec notre environnement. C’est tout à fait capital : l’environnement n’est pas une contrainte.

Est-ce à dire que la politique agricole régionale dépasse le simple cas de l’agriculture ?

L’agriculture est au centre des débats dans ces ateliers, mais on le sait, si il y a des bergers dans les montagnes, il n’y aura pas de problème de feux. Donc l’agriculture c’est sociétal, ça ne concerne pas que les agriculteurs. On voit bien, autre exemple, sur la question des déchets, qu’il faut travailler avec les autres partenaires. Mais il y a bien d’autres des sujets comme l’innovation la sécheresse, les changements climatiques… L’alimentation c’est pareil. Il y a une vraie nécessité, d’aborder les choses de façon transversale et territoriale et pas uniquement par le biais de l’activité.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *