Intervention de Patrick Cases sur le nom de la Région / AP du 24 juin 2016

Intervention de Patrick Cases sur le nom de la Région / AP du 24 juin 2016

Nous sommes arrivés au bout de notre consultation sur le nom de la région et les résultats sont tombés.

Nous pourrions encore débattre sur les modalités de celui-ci, nous pourrions aussi avoir un long échange sur la démocratie consultative et participative, mais nous avons initié une méthode et les urnes ont parlé. Il me semble important de préciser que même si nous ne sommes pas satisfaits du nombre de suffrage exprimé, de tenir compte de l’expression des citoyens. Cette participation montre que le fossé peut être grand entre les populations et leur possibilité d’interaction avec l’institution. Oui la démocratie a un prix et je ne reviendrai pas sur ma première intervention sur le nom de la région, c’est bien un investissement sur l’avenir et un investissement pour donner la parole aux gens ne l’est jamais à fond perdu! Nous avons ouvert une voie et nous ne devons pas faire l’économie d’une analyse plus fine des résultats. Vous n’êtes pas sans savoir, Madame la Présidente, que notre groupe est très sensible à toute mesure qui améliorera l’implication des citoyens dans la vie de leur territoire. Sans être polémique, la loi NOtre porte en elle, et de par sa conception, les germes d’un éloignement des centres de décision. Pour nous c’est un fait, nous soutiendrons toute action qui améliorera la vitalité de la démocratie. Déjà sur le territoire de notre grande région des initiatives vont dans ce sens : les États généraux du rail et les assises de l’eau en sont de très bons exemples. Les nouvelles technologies numériques et informationnelles sont des outils qui devraient nous permettre d’explorer d’autres chemins pour une participation citoyenne plus aboutie, plus rapide et plus concrète.

 

Sur la dénomination de notre grande région et sans rentrer dans des considérations trop personnelles mon coeur penchait pour « Occitanie-Pays Catalan ». Malgré tout et bien que profondément attaché à mon territoire, à sa culture, à sa particularité historique et à son identité, je suis aussi profondément convaincu que les drapeaux claquants au vent devraient se libérer de leurs couleurs. Ils sèmeraient aux quarte coins, sans barrière, des mots rouges de tolérance, des mots jaunes de poésie, de langue et d’histoire. Le tableau ressemblerait à un immense drapeau aux couleurs du vivre ensemble.

 

Nous sommes, Madame la Présidente, attentifs aux attentions que vous portez à notre territoire. Vous l’avez bien compris, je reste très sensible à celles-ci. Un office public de la langue Catalane est une bonne initiative, je sais que vous avez reçu les associations Catalanes et qu’elles travaillent dans ce sens. Je me permets de vous suggérer que le Conseil départemental des Pyrénées Orientales y soit associé dès les premières réflexions sur le sujet.Le respect de nos différences est la garantie de notre cohésion et l’existence d’une identité passe par une articulation, un va et vient entre économie et culture bien au delà d’un nom. Les déserts économiques ne peuvent pas devenir des musées sans vie d’un passé glorieux.

Nous sommes prêts à relever le défi. Nous voterons la délibération qui s’inscrit dans la logique de la consultation citoyenne.

Sempre endêvant i gracies de votre attencio .

Patrick Cases

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *