Intervention de Serge Regourd sur l’Opéra et l’Orchestre National de Montpellier – Assemblée Plénière du 28/11/2016

Intervention de Serge Regourd sur l’Opéra et l’Orchestre National de Montpellier – Assemblée Plénière du 28/11/2016

Madame la Présidente,

Il convient en principe d’être prudent à l’égard des rapports de la Cour des comptes et des chambres régionales des comptes. Leur contenu est souvent instrumentalisé pour stigmatiser la gestion publique et, à l’inverse souligner les vertus de la gestion privée dans des perspectives de politiques de privatisation. Mais, en l’occurrence, le rapport de la chambre régionale concernant l’orchestre – opéra de Montpellier a une toute autre portée : il s’agit d’une structure privée, de nature associative contrôlée sur la base des subventions publiques dont elle bénéficie.
Lors de son précédent rapport, en 2010, la chambre avait, à l’inverse recommandé de transformer son statut en établissement public, plus précisément en EPCC. Mais cette recommandation est restée sans effet et les dysfonctionnements déjà reprochés à cette structure se sont encore aggravés. La gravité de la situation est telle que, de manière exceptionnelle, la chambre renonce à formuler quelque recommandation que ce soit.
Cette situation peut être résumée en quelques mots : prédation des fonds publics, négation des exigences élémentaires d »un état de droit. Les manifestations en sont aussi nombreuses que scandaleuses, qu’il s’agisse du montant des rémunérations, des indemnités de licenciement ou de départs en retraite, ou du non-respect des procédures démocratiques. C’est d’autant plus intolérable qu’elle intervient dans un contexte de difficultés financières de nombreux lieux culturels, de compagnies ou de festivals impactés par la baisse des subventions et ayant entraîné des fermetures d’établissements et des annulations d’événements. Nombre d’artistes et d’opérateurs culturels connaissent une précarité de plus en plus cruelle.
À défaut de changement radical dans l’organisation et le fonctionnement de cette institution, nous ne pourrons accepter de reconduire la dotation que lui accordait le conseil régional.
Je vous remercie.

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *