Intervention de Patric Roux sur le Nom de la Région / AP du 24 juin 2016

Intervention de Patric Roux sur le Nom de la Région / AP du 24 juin 2016

Madame la Présidente, chers collègues,

Proposer un nom pour notre nouvelle région, sur la base de la procédure que vous avez choisie, était un acte difficile et loin d’être anodin. Vous auriez pu faire le choix de ne pas ouvrir en grand format ce débat et du coup, passer à coté de l’essentiel : la consultation citoyenne !
Mais la démocratie est un chemin parsemé d’embuches et de pièges… Il n’est qu’à entendre ceux qui n’ont de cesse d’en minimiser la portée : 204 000 participants à cette consultation serait un échec ! Alors qu’un échantillon politique national, jugé représentatif, est établi sur la base de 1000 personnes… Soyons sérieux, chacun sait bien qu’au-delà de 1000 personnes, les tranches suivantes viennent confirmer, voire amplifier une tendance réelle et profonde.

204 000 est un bon résultat. D’autant plus quand la question du nom de la Région peut apparaître secondaire face aux difficultés que vivent bon nombre de nos concitoyens. Il n’en est rien. Cette question relève du Vivre-Ensemble. Elle ouvre un destin commun ! C’est en mettant en œuvre cette consultation que vous avez choisi de rassembler, de fédérer afin que nous puissions faire société, et je vous en remercie ainsi que Gérard Onesta, notre Président du Bureau de l’Assemblée.

Occitanie, ce joli nom comme le dit Martin Malvy, est arrivé en tête de la consultation, et c’est celui que vous nous proposez aujourd’hui d’adopter, avec la possibilité légale de le dire et de l’écrire « Occitània » ! Ce nom rassemble parce qu’il est porteur d’universalités : c’est ici, sur nos terres occitanes que fut pensée et érigée le concept de la Convivéncia, c’est-à-dire du vivre-ensemble. C’est ici que fut pensé le concept de Paratge : l’égalité et le respect de l’autre quel que soient sa religion, son sexe, sa race, son origine sociale… Ces mots qui vont bien à la terre de Jaurès ! En proposant Occitanie, Madame la Présidente, vous ouvrez la voie du réchauffement culturel !

Certains, mal informés ou bardés de représentations d’un autre temps, prétendent que ce nom serait mauvais pour notre rayonnement et notre capacité exportatrice ? Qui a pensé à poser la question aux dirigeants de l’Occitane en Provence ? Qui a pensé à poser la question aux centaines d’entreprises qui, ici, ont cette référence dans leur nom ? Ils sont nombreux ceux qui citent Césaire (Aimé Césaire) sans jamais l’avoir lu, ils sont aussi nombreux ceux qui tentent de tordre la réalité pour l’adapter à leurs représentations ! Certains menacent même la souveraineté de notre Assemblée !

D’autres, comme Alain Rousset, Président du Grand Duché d’Aquitaine, pardon, de la Nouvelle Aquitaine, râlent et nous rappellent à l’ordre : l’Occitanie ne se limite pas à l’espace de notre seule région. Cela est juste ! Et ce n’est pas l’occitaniste que je suis qui vais dire le contraire. Mais qui donc l’a empêché de le proposer ? Qui l’a empêché de consulter ? Évidemment personne sinon lui-même ! Et ce joli nom d’Occitanie nous donnera l’occasion de lui indiquer qu’il nous confère une grande responsabilité vis à vis des autres territoires de langue occitane… Ce que nous faisons déjà au sein de l’Office Public, ce que nous ferons dès demain au sein de la Charte interrégionale de développement de l’Occitan pour laquelle notre région a œuvré et œuvrera.

Madame la Présidente, je le dis, je n’ai qu’un seul regret : il concerne nos amis Catalans. Ne représentant que 8 % de la démographie régionale et malgré une participation plus forte qu’ailleurs, il était bien difficile que ressorte dans le peloton de tête le nom de Pays Catalan.
Ne leur tournons pas le dos. Au contraire, accélérons la tenue de notre engagement autrement plus important en faveur de la création d’un Office de la langue catalane. Mettons- les au cœur de notre Eurorégion. Poussons pour un nom autrement plus évocateur que Pyrénées-Orientales. Madame la Présidente, je sais pouvoir vous faire confiance pour votre engagement sur ces questions car je l’affirme ici pour nos amis catalans et tous ceux qui nous observent en ce moment historique : jamais le dialogue, l’échange, l’ouverture, la prise en compte, la volonté d’agir, sur le fond, en faveur de nos langues et cultures régionales n’ont connus une telle réalité dans notre région. Agissons ensemble ! Visca Catalunya ! Visca Occitània !

Patric Roux

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *