Intervention de Myriam Martin sur la Décision Modificative au Budget – Assemblée Plénière du 28/11/2016

Intervention de Myriam Martin sur la Décision Modificative au Budget – Assemblée Plénière du 28/11/2016

En préalable, dans le temps qui m’est imparti je souhaite ouvrir une parenthèse.

Je ne suis pas connue pour être politiquement correcte mais ce que j’ai entendu ce matin de la part du FN non pas en terme de débat parce qu’on ne peut parler de débat mais d’une litanie d’insultes sur un ton agressif, est proprement lamentable et scandaleux. Quant à Mr Rivenc (LR) je voudrais lui dire que la démocratie pour nous c’est le disensus,  c’est la confrontation des idées, ce sont des débats, et oui, ce n’est pas un scoop, cette majorité électorale est diverse, nous avons des désaccords, mais on débat sans invectives et insultes. Et notre conception de la démocratie n’est pas celle de la droite, le « petit doigt sur la couture du pantalon et derrière le chef ».

 

Ceci étant dit quelques mots sur la DM, mais au-delà bien sûr sur les orientations budgétaires tant de 2016 que de 2017. Les DM sont habituelles pour un exercice budgétaire normal. Mais cette DM renvoie à des logiques budgétaires, celles qui ont été actées dans le budget 2016. Dans les différentes interventions ce matin, tant celles de Mme La Présidente que celle de Mme Fita ( présidente de la commission finance ) il a été expliqué que les Orientations Budgétaires (OB) comme la DM ont pour but d’assumer des politiques, par exemple assurer « l’égalité des chances ». Si l’on veut répondre aux besoins des jeunes et de la jeunesse, il nous faut parler d’assumer et d’assurer l’égalité tout court, et pas l’égalité des chances car si ce concept peut paraître juste, il est aveugle aux inégalités sociales qui représentent bien un obstacle pour beaucoup trop de jeunes. C’est pour cela qu’il ne s’agit pas de promouvoir uniquement l’apprentissage mais de voir comment on répond aux besoins des apprentis. Répondre aux besoins des jeunes c’est assumer des choix. Pour les services publics, en particulier d’éducation en assumant la gratuité des outils pédagogiques obligatoires pour les lycéens et les apprentis. Cette DM ne pose pas en soi de problème, elle correspond à des choix. Mr Chauzy (président du CESER) parlait ce matin d’éthique en parlant des politiques publiques de note Région. Nous partageons ce souci d’éthique car pour nous l’argent public, celui des impôts de nos concitoyen-nes, doit servir l’intérêt général et donc les services publics qui répondent dans une Région touchée par la pauvreté et le chômage, à des besoins sociaux fondamentaux.

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *