Hinterland de Poussan et port de Sète

Hinterland de Poussan et port de Sète

Hinterland de Poussan et port de Sète

De l’agro-écologie pour Poussan, des emplois pour Sète : les élus font la preuve qu’un développement respectueux des terres et des hommes est possible. Voici l’envers et l’endroit d’un projet qui peut se révéler désastreux pour l’écologie et pour l’emploi.

Lors des commissions sectorielles des 18 et 19 février, nous avons fait retirer de l’ordre du jour de la commission permanente du 11 mars un dossier aboutissant à de nouveaux achats de terres sur la commune de Poussan visant au projet de la création d’une base logistique pour le port de Sète.

Ce projet, visant à délocaliser une partie de la logistique de la zone portuaire vers l’intérieur des terres, est un héritage de la précédente mandature régionale. Il est combattu depuis sa genèse par les élus communistes et républicains, des citoyens,

pour les raisons suivantes :

  • Il prône le tout-camion, en s’installant à proximité d’un échangeur autoroutier alors même que le port de Sète permet la multi modalité (Route, rail, fluvial).
  • Il s’inscrit dans un processus de déclassement de l’outil industriel qu’est la zone portuaire, au profit de la spéculation immobilière.
  • Les terrains qui sont aujourd’hui en ZAD et qui doivent accueillir l’hinterland sont des terres au fort potentiel agricole.
  • Le projet présente un risque majeur de pollution de l’étang de Thau, dont l’écosystème est extrêmement fragile, ce qui menacerait notamment l’activité conchylicole.

Dans ce dossier, ce sont deux visions du développement économique régional qui s’affrontent

Interpellés par le collectif Initiative Citoyenne et par François Liberti, conseiller départemental PCF, nous sommes porteurs d’un contre-projet en deux volets intrinsèquement liés :

  • Un projet de développement du site de Poussan. La Région, aujourd’hui propriétaire d’une partie des terres et toujours bénéficiaire de l’arrêté préfectoral autorisant la préemption, pourrait développer l’agro-écologie dans le cadre d’une gestion publique du foncier ainsi arraché à la spéculation.
  • Un projet de développement de la zone portuaire Sète-Frontignan, prônant la multi modalité, générateur d’emplois dans un bassin de vie qui en a bien besoin et offrant des débouchés à toute l’économie régionale.

Dans ce dossier, ce sont deux visions du développement économique régional qui s’affrontent. Une continuant à s’obstiner dans les logiques spéculatives qui ont fait de notre littoral un bronze-cul pour certains et un des bassins de vie les plus précaire de France pour la majorité des héraultais. Une logique qui après la COP 21 voudrait nous faire croire que c’est en prônant le tout-camion et en détruisant encore plus le service public ferroviaire, en s’obstinant dans la logique de la Loi Macron que l’emploi sera développé.

Pour ce qui nous concerne, élus communistes et républicains, nous défendons une vision de création d’emplois industriel, de remise en terre de zones agricoles, d’une écologie au service du mieux-vivre, d’une logique de gestion publique des sols et d’intervention citoyenne au schéma de développement local.

Cette bataille nous pouvons la gagner cela nécessite que nous y travaillions de concert, élus régionaux, élus départementaux, élus locaux, citoyens et syndicalistes du port.

Nicolas Cossange

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *