Débat sur l’orientation budgétaire. Intervention de Jean-Christophe Sellin « Des marges de manœuvre de plusieurs dizaines de millions d’euros existent » / AP du 15 avril 2016

La question de la discussion du DOB est une question éminemment politique comme ça l’a été rappelé par mes camarades précédemment. Il est vrai que cette ambition est difficilement compatible avec les choix gouvernementaux qui imposent une baisse massive des dotations globales de fonctionnement pour les collectivités locales et des transferts de compétences importants sans les moyens suffisants qui vont avec. C’est d’ailleurs souligné dans le rapport page 381, sur le fait que la mise en place du pacte de responsabilité ainsi que le C.I.C.E, obèrent considérablement les marges de manœuvre des collectivités locales et notamment des Régions, donc c’est là-dessus que je m’appuie. Pourtant des choix politiques nouveaux pour rééquilibrer et redéployer les différents postes budgétaires sont possibles en fléchant les subventions publiques vers le service public, l’économie sociale et solidaire, l’aide à une agriculture de qualité, des transports efficaces au quotidien. En relançant l’investissement pour des projets utiles, j’ai bien dit utiles, et en harmonisant les interventions régionales par le haut pour assurer par exemple, dès la rentrée 2016, la gratuité totale des livres scolaires dans l’ensemble de la région pour tous les lycéens, ainsi nous agirons sur des marqueurs important de solidarité. Dans notre région, des marges de manœuvre de plusieurs dizaines de millions d’euros existent, j’ai bien dis des marges de manœuvre. L’épargne brute est à 473,6 millions d’euros et l’endettement de la région est très relatif.

Les taux d’emprunt actuellement sont très faibles à 1.89% exactement. Le recours à l’emprunt peut-être considérablement augmenté, sans que ça n’obère les capacités d’autofinancement et de solidarité de la Région. Il y a une opportunité à pouvoir le faire et beaucoup d’intervention ont était faites sur le domaine de la raison, l’opposé de la raison c’est la déraison et pour ce qui nous concernent nous avons été élus sur des marqueurs qui sont ceux des attentes et des besoins sociaux et la raison aujourd’hui c’est de répondre à ces attentes et à ces marqueur sociaux et écologiques, car la population attend précisément de la puissance publique qu’elle rééquilibre l’inégalité de fait. Je conclurais donc en disant que vous pouvez considérablement augmenter l’emprunt. Profitons-en ! Investissons aujourd’hui pour de meilleures conditions de vie et pour l’avenir des populations. L’emprunt doit être transparent et éthique. Il faut bien évidement qu’aucun euro de la région ne soit placé dans des placements toxiques ni dans des paradis fiscaux.

Et là, je m’adresse à un groupe qui fait fort de son slogan « tête haute, main propre » et qui recycle l’argent public des remboursements de leur campagnes électorales dans des paradis fiscaux, et donc organise l’évasion fiscale (applaudissements). Nous sommes donc très loin du patriotisme économique et fiscal dont vous vous revendiquez (hurlements du FN).

LA FRANCE AIMEZ LA FISCALEMENT, OU QUITTEZ-LA !
J’ai un petit cadeau pour vous, Mme Jamet (présidente du groupe FN). Une fois n’est pas coutume, je voudrais offrir un cadeau au Front National pour les nombreux voyages sous les tropiques (JC SELLIN traverse la salle et offre un panama a France Jamet).
Jean-Christophe Sellin

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *