Après le TAFTA… le CETA ? – Une Tribune de Judith Carmona

Après le TAFTA…  le CETA ?  – Une Tribune de Judith Carmona

« La région Occitanie Pyrénées Méditerranée avait bien pris une délibération mettant la région hors TAFTA. Oui mais… il y a Le CETA. On en parle moins et pourtant les ministres du commerce de l’Union européenne s’apprêtent dans une semaine à signer avec l’aval de la France un cousin du TAFTA.

Les agriculteurs dénoncent aujourd’hui à juste titre le TAFTA et le CETA. Ce dernier va faire chuter tragiquement les revenus des éleveurs français. Comment ? En augmentant les volumes de viande qui viendront du Canada. D’un côté les quantités vont grossir, de l’autre non content de nous concurrencer sur les volumes, le CETA vendra sur notre territoire des morceaux de viande dits nobles, tels l’aloyau. Or, ce produit  est central pour le revenu des éleveurs (c’est 30 pour cent de la valeur d’une carcasse). Et l’aloyau canadien ne sera pas bien sûr de même qualité. Pourquoi ? par ce que le Canada ne se pose pas les mêmes questions autour de la qualité des produits que celles que nous soulevons en France. Ainsi la viande vient d’élevages industriels, les OGM y sont autorisés, cachés ou non, les antibiotiques, les farines animales, la décontamination des carcasses font partie du paysage agricole canadien … Un système qui n’est pas aussi regardant que le nôtre, où la réglementation diffère profondément de la nôtre. Alors comment un tel accord est-il possible ? Le mot-clef, c’est le commerce et l’agro-industrie . Ils imposent des modes de consommation que la population française refuse, cette population qui demandent des normes qui protègent le consommateur. En France, nous sommes attachés aux AOP, aux Identifications géographiques, qui étiquettent la qualité de nos produits. Le CETA fera fi de toutes ces protections. Ce qui se joue là, c’est le business, et non le choix démocratique d’une politique agricole respectueuse des animaux et des hommes.

 

En tant qu’élue régionale d’Occitanie Pyrénées Méditerranée, je soutiens l’action des associations et des syndicats qui défendent une agriculture respectueuse de notre environnement et une alimentation de qualité pour tous et demande à Monsieur Fekl  de rejeter la signature du CETA  lors du conseil des ministres de l’UE le 18 octobre prochain. »

Judith Carmona est Présidente de la Commission Agriculture, Agroalimentaire et Viticulture

 

– Pour en savoir plus :

Sur le site des Amis de la Terrre :  http://www.amisdelaterre.org/CETA-le-cheval-de-Troie-du-TAFTA-des-mobilisations-dans-toute-la-France-du-4-au.html

Sur le site de La confédération paysanne : http://www.confederationpaysanne.fr/mobilisations.php?id=5015

 

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *