Amendement « Priorités au service public d’éducation » déposé par le groupe NMC/ AP du 26 mai 2016

Amendement  « Priorités au service public d’éducation » déposé par le groupe NMC/ AP du 26 mai 2016

Priorités au service public d’éducation

Cet amendement n’a pas été adopté

Avant de présenter mon amendement sur les lycées, je souhaiterais rassurer certains élus de droite sur le fait ou pas d’assumer ce qu’on défend en commission. Moi j’assume mes positions en commission comme devant tout le monde en assemblée plénière et je les défends jusqu’au bout. C’est une leçon que devrait suivre certains politiques qui oublient vite ce pour quoi ils ont été élus, peut être alors y aurait-il une fracture moins profonde entre le politique et la majorité de nos concitoyens dans ce pays.

Je sais que je ne m’adresse pas à tout le monde ici quand je parle de la défense et de la priorité aux services publics. Certaines positions sont empoisonnées aujourd’hui par le dogmatisme libéral d’ou sont bannies les idées d’égalité, de justice sociale, de solidarité. La défense des services publics est une tradition de la gauche sociale, syndicale, politique depuis le programme du Conseil National de la Résistance jusqu’à la lutte altermondialiste pour sortir de la sphère marchande l’éducation, car le service public d’éducation appartient à ces biens communs qui répondent à des besoins fondamentaux comme celui de s’éduquer. On ne paie pas pour s’éduquer, le service public n’est pas un service payant. C’est ce qu’avaient compris de nombreux conseils régionaux dirigés par des socialistes, puisqu’à partir de 1998 dans la région Centre, à partir de 2004 dans le Limousin , en Franche Comté, en Bourgogne, etc… avait été mise en place la gratuité des manuels scolaires et des premiers équipements pour les lycéens.

Qu’avaient-ils mis en avant? La continuité du service public entre le collège et le lycée, et la justice sociale. Nous demandons la même chose aujourd’hui exactement pour les mêmes raisons. Cela serait un signal fort, un signal de gauche, envoyé aux élèves et à leurs familles dès la rentrée de septembre 2016 si la région commençait à harmoniser par le haut les mesures s’adressant aux lycéens.

Priorités au service public d’éducation

Exposé des motifs

Fidèle au principe de laïcité, la Région donne la priorité des financements aux établissements publics. Selon la loi, la Région n’a pas obligation à financer les dépenses d’investissements dans les lycées privés. Les dépenses d’investissements pour les lycées privés sont donc facultatives.
Selon le code de l’éducation, il revient aux familles de ces établissements privés de prendre en charge la rénovation des bâtiments et l’achat de matériel.
Dans le cadre d’un budget contraint, imposé par le gouvernement, il n’est pas acceptable de conserver cette dépense. Il est de notre responsabilité de promouvoir un service public de qualité et les mêmes droits pour tous et toutes dans le cadre de ce même service public d’éducation. Aussi nous nous prononçons pour la gratuité des manuels scolaires et des premiers équipements pour tous les élèves de la nouvelle région.
C’est pour cela que nous proposons une réorientation de la ligne budgétaire des investissements dans les lycées privés vers la ligne budgétaire carte jeune monnaie lecture et premiers équipements.

Myriam Martin

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *