Amendement « Pour un budget ambitieux en faveur de l’Agriculture Biologique »/ AP du 26 mai 2016

Pour un budget ambitieux en faveur de l’Agriculture Biologique

Amendement déposé par le groupe Nouveau Monde en Commun

Cet amendement n’a pas été adopté

Exposé des motifs

Le groupe NMEC a bien pris note de la hausse de l’investissement sur la ligne Agriculture Biologique toutefois nous ne pouvons accepter que ce budget soit réduit dans le cadre du BP2016 en section fonctionnement au regard des enjeux pour notre agriculture et nos territoires. Notre Région a longtemps mis en avant sa position de leader en matière de surfaces en bio. Comment dès lors imaginer que le budget ne soit pas à la hauteur de ces déclarations ? Vous l’avez bien compris en augmentant significativement la section investissement mais être au niveau où l’est notre région n’est pas un hasard, cela vient du fait que, très tôt, des agriculteurs convaincus que le modèle économique agricole de demain se situait dans une agriculture respectueuse de l’environnement et de la santé de tous se sont unis pour créer une filière forte et des contrats qu’ils ne possédaient pas au départ et ce, malgré les moqueries et les découragement dont certains ont été l’objet.

Notre groupe portera tout au long du mandat et dès les prochains mois une ambition pour que notre Région amplifie en matière d’investissement et de fonctionnement le soutien à l’Agriculture Biologique. Il en va de la préservation de notre environnement, de notre biodiversité et de la santé de tous et toutes et notamment des agriculteur-ices. Alors que l’Union européenne hésite encore à interdire le glyphosate, alors qu’en ce moment le projet de loi sur la reconquête de la biodiversité est mis à mal au Sénat, alors que malgré les promesses de la Ministre de l’Écologie, l’interdiction des Variétés rendues tolérantes aux pesticides n’a pas été abordée, notre Région ne doit pas envoyer un signal négatif en réduisant la ligne fonctionnement Agriculture biologique.  Madame la Présidente, si notre volonté commune est de rester longtemps la première région en agriculture biologique et de viser d’être la première en Europe, nous nous devons d’envoyer un marqueur fort à tous les acteurs de l’agriculture biologique en maintenant son budget régional en fonctionnement pour l’année 2016. De plus, l’enjeu est d’autant plus important que l’État vient d’annoncer la réduction de 2/3 des aides à l’animation de la filière, cette décision de l’État est inacceptable à ce moment de forte conversion. Notre Région impactée doit exiger de l’État qu’il rétablisse les financements.

Madame la Présidente, notre Région doit aussi agir fortement pour la préservation des terres agricoles en refusant les projets inutiles, en utilisant les dispositifs d’aménagement agricole existants et en encourageant une gestion économe du foncier, limitant l’artificialisation des sols et l’urbanisation extensive, Sur nos territoires trop de projets de bétonisation (la ZAD de Poussan, la ZAD de Saint-Hilaire…) mettent en péril de nombreuses terres agricoles. Nous devons plutôt développer des projets agro-écologiques que de faire tourner les bétonnières.

Pour cela les besoins sur les territoires sont importants en matière d’accompagnement aux techniques de production, à la transmission, à l’installation, au changement climatique et à une meilleure prise en compte environnementale. Nous l’avons entendu aux dernières assises de l’eau : travailler certes sur la quantité d’eau mais aussi sur l’amélioration de sa qualité. Les territoires sont innovants en la matière,  leurs actions doivent  être soutenus  sur l’ensemble  du territoire Régional dans le cadre des prochaines harmonisations régionales le soutien de la région devra être à la hauteur de nos ambitions pour l’agriculture paysanne et ses emplois durables non délocalisables.

Nous vous remercions

Publier un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *